SOUND CULTURES

La nouvelle vague d'artistes indépendantes d'Amérique latine - Le juste milieu entre les sons locaux et l'esthétique pop mondiale

Itzza Primera
Photo de couverture par : Itzza Primera
Écrit par : Pablo Borchi
Publié 16 Sep 2021
6 min de lecture

Plus que jamais, la langue espagnole est devenue un outil puissant pour créer des hits mondiaux. Contrairement à l'homogénéisation initiale consécutive au succès du genre Pop Urbano, le paysage actuel de la musique latine qui atteint les hit-parades est plus diversifié que ce que l'on pourrait imaginer. Un tour d'horizon de la région révèle une variété d'artistes qui fusionnent harmonieusement les styles musicaux locaux, tels que la banda, la cumbia, le huayno et l'héritage traditionnel de la chanson latine, avec l'esthétique des sons mondiaux du reggaeton, du hip-hop et même de la musique K-Pop.

Une grande partie de ces nouveaux sons proviennent d'artistes féminines indépendantes qui impriment leur propre style dans leur musique et, ce faisant, défient bon nombre des attentes de l'industrie musicale latino-américaine grand public.

La sélection suivante est un exemple de la variété des visages qui poussent l'esthétique pop latino-américaine vers de nouvelles frontières, allant des innovations Regional Mexicano venant du nord, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, aux sons Palenque de la côté caribéenne de Colombie, jusqu'à la vague unique de pop alternative venant du Chili.

Safara

« Cela n'a pas été facile d'être indépendante, mais cela me permet d'être libre de faire la musique que je veux, de prendre du plaisir à le faire et de n'avoir aucune pression à ce sujet » - Safara. 

Lorsque l'on écoute « Mi Rareza, Mi Belleza » de Safara, on l'écoute jusqu'à la fin. Il y a quelque chose d'un peu excentrique et de très addictif dans la façon dont elle fait des allers-retours entre des paroles en anglais teinté d'accent colombien et en espagnol, ainsi qu'entre le funk américain et les rythmes colombiens Palenque. Après avoir été nommée pour un Latin Grammy en 2016, ses dernières œuvres se débarrassent de la plupart de l'exotisme attendu de l'étiquette « world music » pour atteindre une sorte d'éclectisme musical unique qui promeut une forte identité afrolatino. En écoutant rapidement son dernier projet, on découvre une combinaison d'influences évoquant le son afro-latino local de Choc Quib Town se heurtant à la musique classique des icônes internationales du patrimoine musical noir allant de James Brown à Bob Marley.

Natisú

« Quand j'ai commencé à faire des chansons, j'avais du mal avec les paroles [...] parce que j'ai grandi en écoutant de la musique en anglais. [...] C'était jusqu'à ce que je commence à prêter attention aux paroles de Violeta Parra. [...] J'y ai trouvé un moyen de faire de la musique en espagnol d'une manière qui me représentait mieux, qui semblait très chilienne et très féminine, sans donner une impression de cliché »  - Natisú

Natisú est l'une des voix émergentes de la scène musicale indépendante chilienne, une collaboratrice d'artistes emblématiques tels que Francisca Valenzuela et Camila Moreno et la première artiste féminine à recevoir le prix du meilleur producteur de musique aux respectés Pulsar Awards. Sa musique a un côté indie et intime qui va de pair avec des ambitions épiques en matière d'écriture de chansons. Cela peut rappeler à l'auditeur la sensibilité alternative de Lido Pimienta ainsi que la sensibilité indie pop de Vanessa Zamora ou Astro. Son dernier single « Amores » est un excellent exemple de la façon dont elle utilise ces éléments. Cette chanson pop épique avec une forte offre conceptuelle mélange des fondations synthpop avec des accents mélodiques rappelant le style de l'artiste danoise MØ.

Martina La Peligrosa

« J'ai l'impression que partout les gens essaient de se connecter avec les racines, de sauver ces choses auxquelles nous nous identifions le plus et de les mettre dans les sons tendances, dans les sons urbains qui se connectent avec le monde entier. [...] Je pense que la façon dont nous consommons la musique aujourd'hui a transformé le monde entier en une seule et même chose [...] et au final, nous finissons tous par nous connecter les uns aux autres. C'est pourquoi je pense que mon propre son peut être latin et en même temps représenter, non seulement la Colombie, mais de nombreux endroits d'Amérique latine. » - Martina La Peligrosa

Ces deux dernières années, des artistes tels que J. Balvin ou Maluma ont fait de la Colombie une locomotive pour la Pop Urbano. Martina La Peligrosa est une artiste qui utilise ce puissant son pop colombien et y ajoute une saveur unique en puisant dans l’héritage de sa région de Córdoba. Après des débuts dans l'industrie en chantant pour des stars locales comme Carlos Vives et Alberto Plaza elle est devenue une personnalité grand public en se taillant un franc succès sur les réseaux sociaux en consolidant une série d'hymnes pop rendant hommage à une longue liste de voix féminines allant des héros locaux et latins comme Toto La Momposina ou Celia Cruz, jusqu'aux stars de la pop anglophone comme Christina Aguilera ou Beyonce. Son style propre semble refléter sa capacité à ajouter une dimension colorée d'émotions à différents types de musique réconfortantes. « Lo Mejor de Mi » en est la parfaite illustration - un hymne d'été qui mélange les nouveaux rythmes de la Pop Urbano avec toutes sortes de guitares ensoleillées inspirées de la Champeta.
 

Adriana Ríos

« Je ne veux pas être le stéréotype du Regional Mexicano et c'est pourquoi j'aime utiliser des structures et des thèmes différents dans mes chansons. C'est la même chose avec mes vidéos, j'y mets mon propre style en utilisant des perruques ou des tenues différentes qui ne sont pas si classiques pour le Regional Mexicano, mais qui expriment mon essence » - Adriana Ríos

Au cours des deux dernières années, le Regional Mexicano a créé la surprise pour l'industrie musicale mexico-américaine, en générant d'énormes volumes de streaming et en créant des innovations musicales comme les Corridos Tumbados, le Mariacheño ou le Sad Sierreño. Malgré sa croissance, le paysage de Regional Mexicano manque toujours de voix féminines. C’était sans compter sur Adriana Ríos, une auteure-compositrice-interprète qui contribue non seulement à redonner toute leur place aux voix féminines dans ce milieu, mais qui s'affirme également comme une voix féminine puissante défiant les stéréotypes de la « femme trophée » que le Regional Mexicano a l'habitude d'inclure dans ses paroles et ses vidéos. Son single « Ya No Importa » en est l'illustration parfaite : un hymne girl-power et une vidéo qui utilise à la fois des références hyper féminines et percutantes pour transmettre l'importance d'être fidèle à soi-même. Ce titre propose par ailleurs un nouveau son rafraîchissant pour le Regional Mexicano en faisant le lien avec des éléments issus des genres Norteño, Mariachi et Pop.

Martha Paredes

« Nos valeurs sont ce qui nous définit en tant qu'êtres humains et qui nous permet d'être heureux, d'avoir de l'empathie, de contrôler notre ego et de ressentir du respect et de l'amour pour nous-mêmes et pour les autres » - Martha Paredes

Martha Paredes est une percussionniste vénézuélienne talentueuse, connue pour son travail avec Los Fantásticos Band, un groupe d'accompagnements de premier plan se produisant sur les plus grandes scènes du continent aux côtés des stars de la pop Urbano Chyno et Nacho. Au cours de l'année écoulée, Martha a consolidé sa carrière d'auteur-compositeur, en publiant des titres tels que « Valora », un classique instantané de la fête qui reprend la fusion vallenato de Carlos Vives, Bacilos ou Fonseca. Il en va de même pour son single « Agua de Mar », dans lequel ses talents d'auteure trouvent leur expression dans des arrangements orchestraux qui rappellent la façon dont « Visitante » de Calle 13 est capable de raconter un film entier en un peu plus de 3 minutes sur des morceaux comme La Perla.

Natalie Pérez

« J'ai des rêves, j'ai la chance d'avoir pu en réaliser certains, et d'autres sont là à m'attendre, mais la vérité est que la musique vous surprend tout le temps et j'aime garder vivante l'ingéniosité de la surprise »  - Natalie Pérez

Natalie Pérez est une actrice argentine qui est devenue un pilier de la culture grand public grâce à son rôle dans des séries pour adolescents telles que Chiquititas et Rebelde Way. Ces deux dernières années, elle a débuté une carrière musicale en publiant des albums la plaçant au même niveau que des artistes tels que Mon Laferte, Jorge Drexler ou Juanes. Bien qu'elle n'hésite pas à explorer tous les genres de musique latino-américaine, elle trouve son bonheur avec des morceaux orientés vers le dancefloor comme « Penita de Mi Corazón », qui utilisent le modèle de la cumbia en version big band pour introduire des des accroches reconfigurant les mélodies de l'héritage traditionnel des chanteurs et compositeurs latins. Comme si cela n'était pas assez intéressant, son dernier titre aux côtés de Lisandro Skar combine une production trap et de riffs de boléro pouvant rappeler la façon dont C. Tangana pousse la tradition de la chanson ibéro-américaine vers de nouveaux horizons.

Gallardia

Originaire de Bogota, Gallardía est une artiste colombienne en devenir. Elle se distingue par son répertoir croissant de reprises à succès sur YouTube, ainsi que par son discours très franc sur TikTok sur sa relation décontractée avec son propre corps malgré les attentes des médias grand public. Bien que son répertoire puise ici et là dans l'héritage des auteurs-compositeurs-interprètes latino-américains, certaines de ses idées les plus remarquables se retrouvent dans son morceau « Bolero Triste ». Ce morceau rappelle les travaux du producteur suédois Max Martin sur les premiers sons de Britney Spears ou des Backstreet Boys, infusés dans un héritage d'auteurs-compositeurs latino-américains qui va de Los Panchos à Natalia Lafourcade. On imagine que ce serait le genre de morceau que Christina Aguilera aurait adoré pour ses albums en espagnol du début des années 2000.

Itzza Primera

Itzza Primera est une artiste vénézuélienne qui a lancé sa carrière artistique depuis la Colombie. Elle a accédé à la célébrité grâce au succès de ses « coversos », une série de chansons inspirées de reprises et publiées sur YouTube qui sont devenues virales, ainsi qu'en écrivant des chansons pour des stars comme Chyno et Reykon. Ensuite, son tube « Roma » avec le regretté Legarda a été un véritable succès du hit-parade pop colombien. Depuis, elle enchaîne les succès, que ce soit en publiant ses propres singles, en sortant des titres aux côtés de The Winning Team Crew ou en écrivant pour des superstars comme Maluma et Piso 21. Sa capacité à s'adapter à tous les types de sons pop rend difficile l'identification de son style à un seul type de musique. Mais on ne peut que reconnaître son talent particulier pour créer des paroles qui donnent à la Pop Urbano traditionnelle un accent excitant et rafraîchissant.

Ruby Palomino

« Beaucoup de gens peuvent chanter des chansons, mais quand ils les vivent, c'est autre chose. Quand j'ai répété "Cholo Soy", j'ai fondu en larmes. [...] Je voulais prouver que malgré tous les obstacles, je pouvais aller de l'avant, que "je suis une chola et tu n'as pas à avoir pitié de moi." »  - Ruby Palomino

Ruby Palomino est une chanteuse qui a accédé à la notoriété après avoir remporté l'édition 2014 de « The Voice Peru » avec sa signature Rock Mestizo, un genre musical qui consiste à amener le public rock à la musique folklorique traditionnelle du Pérou. Étant la fille de deux musiciens folk reconnus (Polo Palomino du Dúo Mixto de Huancayo et la chanteuse classique Gloria Ramos), elle a pu développer une capacité particulière à traduire le message des chansons folkloriques péruviennes dans des crossovers ambitieux, comme sa célèbre version de Chola Soy. N'ayant pas pu se produire en raison de la pandémie, Ruby a lancé dernièrement son projet « Canto Por La Paz », une ballade puissante dans laquelle elle donne à ses fans un réconfort bien nécessaire par les temps qui courent.