INFLUENCES

La musique, un espace d'expression pour la diversité et la non-conformité de genre

Adam Kring
Photo de couverture par : Adam Kring
Écrit par : Linda Coogan Byrne
Publié 15 Apr 2021
5 min de lecture
S’il y a bien quelque chose que nous avons appris en très peu de temps depuis que la Covid a bouleversé le cours de nos vies, c'est bien cela : notre monde change, et nous sommes des individus en constante évolution, capables de s'adapter à de nouvelles normes. Nous sommes composés d'une myriade de couleurs, de formes et de tailles. Avec les nombreuses cultures qui coulent dans nos veines, nous en venons à célébrer la diversité ouvertement et dans l'acceptation.  

 

L'industrie de la musique se trouve dans une sphère de changement en évolution perpétuelle. Elle a toujours été une plateforme contribuant à remodeler notre culture, redéfinissant les rôles des genres et impulsant des tendances en cours de route. Construite sur l'expression créative et la liberté d’expression, elle a permis aux artistes et aux groupes d’exprimer en toute confiance leurs expériences vécues à travers leur musique, leurs paroles et leurs performances. 
 
Même s'il n’a pas toujours été sans danger de s'exprimer, la musique a été un vecteur qui a agi comme force motrice pour des jours meilleurs à venir sur le plan éthique, politique et social. C'est grâce au pouvoir de la musique que nous dépassons nos différences, notre conformité et accueillons la diversité.

Les mouvements du changement

Si nous prenons les mouvements folk et jazz urbains des années 40 et 50, nous voyons des artistes comme Billie Holiday, une créatrice anticonformiste, élever la voix de ses pairs et défier la diversité des genres dans le jazz et la culture populaire en tant que femme noire bisexuelle. Si bien que son style de chant révolutionnaire a influencé les chanteurs les plus importants du XXe siècle, dépassant la barrière de la langue. On trouve ensuite Willmer Little Ax Broadnax & The Golden Echoes – des hits comme Lift Him Up et You are My Sunshine viennent à l'esprit. Willmer était un homme transgenre, mais sa contribution à la musique Gospel a largement dépassé son histoire insondable. 

Les femmes dans la musique s'affirment, créant leur propre identité et exprimant leur personnalité

Des années 40 à aujourd’hui, la musique continue d'être un espace où les artistes peuvent se montrer tels qu’ils sont et en être fiers. Laura Jane Grace a inspiré et libéré les femmes transgenres dans les années 2010, sa musique servant de plateforme pour éduquer et libérer les autres, en particulier avec son album Transgender Dysphoria Blues, publié avec son groupe Against Me!. Elle avait certes peur de faire son coming-out, mais l'a fait tout de même car la musique a ce pouvoir de conférer de l’audace à ses créateurs. 

La première partie du XXe siècle nous apprend que la non-conformité était à la fois le fondement et le précipice de la musique moderne. Alors que nous sommes passés aux mouvements Rock'n Roll, New-Age folk et Punk dans les années 60 et 70, nous avons assisté à des actes féminins comme l'incarnation de la masculinité féminine par Joan Jett, qui a chanté cette phrase désormais célèbre :  

I don’t give a damn about my reputation, you’re living in the past, it’s a new generation, and a girl can do what she wants to do, and that’s what I’m gonna do.

Joan Jett 1980

N'oublions pas que Jett a été éconduite par plus de vingt labels et diffamée par d'anciens managers dans les années qui ont suivi la dissolution de son premier groupe, The Runaways. Les paroles ci-dessus étaient l’expression provocante de sa réponse aux différents codes de conduite appliqués aux artistes de rock masculins et féminins. Elle a été l'incarnation d'une génération à venir qui a inspiré des gens comme LP, chanteuse ouvertement gay et neutre en matière de genre, qui est également un modèle queer. Iel est en contact avec des fans partout dans le monde grâce à un style androgyne caractéristique et iel déclare : « J'ai toujours été neutre en matière de genre, je n'applique pas les pronoms ».

On ne peut plus se permettre de voir les choses de manière binaire

Icônique pour son style comme pour sa musique, Janelle Monáe a mis le feu à Twitter lorsqu'iel a cité un tweet avec un simple hashtag, annonçant au monde : « Nous ne pouvons pas nous permettre de voir les choses de manière binaire. Ce n'est pas ainsi que fonctionne le monde. » L'inimitable Sam Smith a dit : « Je ne suis ni homme ni femme, je crois que je flotte quelque part entre les deux. Tout est sur le spectre » lorsqu’il s’est décrit comme non-binaire, ajoutant que chaque artiste est sa « propre création spéciale »
 
Christine and the Queens annonce au monde son pronom et utilise la scène et le micro comme un outil de plaisir et de célébration, aidant ainsi à faire progresser la discussion sur l'identité et l'acceptation de l'utilisation des pronoms iel/ellui. Briser les frontières entre les genres permet à de nombreux artistes de se sentir connectés et libérés de fait dans leurs chansons et leur style.  
 
C'est lorsque les artistes comme eux s'expriment que la visibilité augmente et a un impact sur la plupart des gens. Quand quelqu'un allume une lumière, beaucoup sortent de l'ombre et emboîtent le pas. La musique ne cessera jamais de se redéfinir elle-même, et la façon dont nous nous exprimons non plus. Elle était souvent cachée par le passé avant d’être aujourd’hui en pleine lumière. Ouvrirez-vous les yeux pour la voir ?