INFLUENCES

« La reprise »: faire face à la crise COVID-19

La Reprise
Photo de couverture par : Maddyness
Écrit par : Rémi Bouton
Publié 05 Mar 2021
3 min de lecture
Contributeurs
  • Sandrine Bossard
    Sandrine Bossard
    Chief People Officer
  • Xavier Dumont
    Xavier Dumont
    Group General Manager
  • Denis Ladegaillerie
    Denis Ladegaillerie
    CEO
  • Ségolène Moreau
    Ségolène Moreau
    Chief Communications Officer
  • Audrey Chemir
    Audrey Chemir
    Global Engagement Director

Lorsque la pandémie du coronavirus a conduit à un confinement national en France et dans d'autres pays du monde en mars 2020, les entreprises ont dû faire face à une crise inattendue et sans précédent.

Pour comprendre leurs préoccupations, les défis qu'elles ont dû relever et l'adaptation dont elles ont dû faire preuve pour assurer leur avenir, les médias français Maddyness et Salesforce ont donné la parole à quatre membres du Next40, l'indice des start-ups françaises spécialisées dans la technologie : Believe, BioSerenity, Devialet et Payfit. Qu'elles exercent dans les secteurs de la santé, de la culture ou de la paie, elles ont toutes vu leurs certitudes être ébranlées par cette crise inattendue, mais ont montré leur capacité à s'adapter à ce nouvel environnement. 

La première priorité absolue : les collaborateurs

Assurer la sécurité des collaborateurs et maintenir la cohésion et l'esprit d'équipe malgré le confinement était un véritable défi. Mais Believe a réussi à le faire en anticipant et en instituant une journée de télétravail pour tout le groupe, une semaine à l'avance, pour tester la capacité de travailler à distance. « Dès le début du confinement, l'entreprise était prête et fonctionnait », explique Sandrine Bossard, Directrice des ressources humaines. L'attention et la communication étaient essentiels.

Nous avons concentré nos efforts pour aider les équipes à organiser leur travail et leur vie personnelle dans cet environnement de confinement et avons travaillé sur l'isolement social et le soutien psychologique, parce que le personnel représente notre noyau.

Sandrine Bossard Directrice des ressources humaines

« Cette crise a profondément modifié nos relations avec les équipes », analyse Franck Lebouchard, le PDG de Devialet. « Avant, je m'abstenais de poser des questions personnelles aux salariés. Maintenant, je veux que mes équipes des RH en sachent beaucoup plus sur la situation personnelle de chaque individu. Depuis la crise de la COVID-19, nous ne pouvons plus ignorer la réalité de chacun », estime-t-il.

Que ce soit à Payfit ou à BioSerenity, le point le plus important était également de mieux communiquer avec chacun et d'aider les équipes à bien vivre leur travail, en particulier à distance.
 

Une crise économique, vraiment ?

Nous avons probablement gagné deux ou trois années de maturité dans l'évolution digitale du marché de la musique.

Denis Ladegaillerie Fondateur et PDG

Sans surprise, de nombreuses entreprises ont dû revoir leurs modèles économiques pour faire face à ce brusque bouleversement. BioSerenity, spécialisé dans l'accès aux soins de santé, a créé une usine de masques à partir de rien, tout en continuant à développer ses outils de télémédecine. Devialet a dû fermer ses magasins et vu ses ventes digitales monter en flèche. Payfit a dû répondre à une crise chez ses clients et dans le secteur culturel. Concernant Believe, cette crise n'a fait que renforcer une tendance déjà bien comprise et anticipée : l'accélération de la transformation digitale. 

« Très rapidement, nous avons analysé ce que nous pourrions recommander à nos artistes et avons constaté qu'ils devraient continuer à produire et à diffuser de la musique en ligne. Étant à la maison, les gens en ont consommé davantage et le nombre d'abonnements a augmenté. Cela représente 75 % de notre activité », déclare Denis Ladegaillerie.

Believe a mis toutes les études à la disposition de ses partenaires et de tout le secteur afin de soutenir l'écosystème musical. « Le marché étant de plus en plus numérique, nous sommes naturellement de plus en plus attractifs pour un plus grand nombre d'artistes. En raison de ce confinement, nous avons probablement gagné deux ou trois années de maturité dans l'évolution digitale du marché de la musique », considère Denis Ladegaillerie.

Les finances : un double défi

 

Nous n'avons pas demandé d'aide publique. Au contraire, nous avons offert notre aide en proposant une assistance financière à nos partenaires, qu'il s'agisse d'artistes ou de labels qui avaient besoin de nous.

Xavier Dumont Chef des opérations

Les entreprises ont également dû relever un autre défi : maintenir leur activité tout en continuant à croître dans ce contexte déstabilisant.

« Payfit venait de lever des fonds, nous n'étions donc pas trop inquiets », déclare Nicolas Foussen, Directeur financier, qui a néanmoins dû faire face à une baisse d'activité. « Chez Devialet, nous avons dû prendre rapidement les bonnes décisions pour protéger la trésorerie et réduire les dépenses, tout en maintenant le plan de croissance », explique Wilfrid Poisnel, Directeur financier.

La COVID-19 a mis de nombreuses entreprises en difficulté tout en déstabilisant certaines. Mais grâce à la croissance de l'activité de streaming, Believe a été moins touchée. « Nous avons adapté nos objectifs à court terme pour refléter la situation, mais à moyen terme, peu de changements sont survenus. Nous avons continué à développer notre plateforme qui fonctionne dans 45 pays, en suivant notre plan qui a été maintenu, voire renforcé », déclare Xavier Dumont, Chef des opérations.

La quête de sens

Toutes nos décisions sont guidées par quatre valeurs fondamentales, orientant la façon dont nous nous comportons chaque jour avec nos artistes et nos collaborateurs : respect, expertise, équité et transparence

Ségolène Moreau Directrice des communications

Sans certitude quant aux impacts à long terme de ce changement de paradigme, les entreprises ont dû remettre en question leur objectif et leur politique d'engagement. Des valeurs telles que la solidarité, la transparence et la responsabilité environnementale sont bénéfiques aux entreprises tant que leur approche est véritablement authentique.

En fonction de son ADN et de son domaine d'activité, chaque entreprise détient ses propres valeurs fondamentales. À Bioserenity, on insiste sur l'empathie et la discrimination dans l'accès aux soins. À Devialet, on remet en question l'obsolescence intégrée en créant des produits évolutifs et mis à jour. Donner plus de sens au travail en offrant aux employés la possibilité de s'impliquer dans des projets qui leur sont chers est une valeur acquise à Believe. « Nous soutenons une initiative zéro déchet dans nos bureaux de Paris, que nous allons ensuite déployer dans le monde entier », explique Audrey Chemir.
 

Cette crise nous a incités à réinventer la manière dont nous impliquons nos employés dans nos activités et, en passant à un mode plus virtuel, à accélérer le déploiement de nos initiatives en France ainsi qu'à les réitérer dans le monde entier. 

Audrey Chemir Directeur de l'Engagement Mondial.