TECH DIGGING

Live & direct : comment le livestreaming est devenu incontournable

 Marcos Paulo Prado
Photo de couverture par : Marcos Paulo Prado
Écrit par : Eamonn Forde
Publié 26 Apr 2021
6 min de lecture

Au tout début de l'année 2020, le livestreaming était une activité de niche intrigante pour les musiciens. Pour ceux et celles qui expérimentaient son potentiel, il s'agissait d'un nouveau moyen intéressant de communiquer avec leurs fans ou d'essayer de nouveaux morceaux devant un public restreint. Mais le principal objectif des musiciens a toujours été de partir en tournée pour jouer dans des salles ou des festivals combles. 

L'impact de la pandémie mondiale a été intense et terrifiant pour tout le monde. Pour de nombreux musiciens, la pandémie signifiait aussi l'arrêt immédiat d'une grande partie de leur travail et donc la disparition d'une importante source de revenus. Par nécessité, le livestreaming s'est rapidement généralisé et a dû répondre à des attentes énormes. 

Les plateformes existantes telles que Facebook, Instagram, Twitch et YouTube offraient toutes des fonctionnalités de livestreaming et constituaient donc une solution provisoire utile pour de nombreux artistes. Zoom, une entreprise lancée en 2012 et utilisée presque exclusivement dans l'univers des entreprises et des conférences, était soudainement présente partout. Une vague d'artistes commence alors à expérimenter la billetterie payante pour leurs shows en livestream, notamment Laura Marling qui a diffusé en direct un concert depuis Londres en juin 2020 et Reol qui a fait de même au Japon au mois d'août. 

Mais le véritable succès du livestreaming est arrivé lorsque 756 000 fans du groupe BTS ont acheté des billets pour assister à la diffusion du concert Bang Bang Con : The Live pendant l'été. Le livestreaming, qui restait encore en mars une activité confidentielle  , est devenu un phénomène mondial et très populaire en l’espace de trois mois. 

Un grand nombre de sociétés de livestreaming déjà actives dans le secteur de la musique live (comme Bulldog) ont accru leurs activités dans ce domaine, alors que d'autres sociétés ont ajouté le livestreaming à leurs activités (comme la société de billetterie mobile Dice, le site d'annonces de concerts et de billetterie Bandsintown et la plateforme d'artistes Bandcamp), et de toutes nouvelles sociétés     sont nées du jour au lendemain (notamment Driift et Sessions). 

Ce créneau est soudainement devenu très actif et très dynamique, avec des solutions ouvertes aux entreprises de toutes tailles et de tous budgets et même les entreprises sans budget.

Behemoth : 12 000 billets vendus pour un concert en livestream spectaculaire

Au début du mois de septembre 2020, le groupe de métal extrême polonais Behemoth organisait un concert dans une église secrète de son pays d'origine et vend les billets du livestream à ses fans.  

En raison de la nature « mature  » du concert In Absentia Dei, celui-ci n'était accessible qu'aux fans âgés de 18 ans et plus. Malgré cette restriction limitant la taille de l'audience, 12 000 billets se sont écoulés

Les spectateurs pouvaient créer leur propre expérience interactive grâce à la présence de 8 caméras sur lesquelles ils pouvaient passer de l'une à l'autre ou regarder le montage du réalisateur. 

Le concert de Behemoth était divisé en quatre parties distinctes, entrecoupées de vignettes pré-filmées. Les symboles profanes qui décoraient l'intérieur de l'église, les effets pyrotechniques utilisés de manière intensive et les costumes complexes et sombres rendaient le concert véritablement spectaculaire. En plus des cameramen, le concert était équipé de drones permettant de donner différents angles pendant le spectacle. 

Le streaming comprenait également une première partie menée par le groupe de métal expérimental américain Imperial Triumphant (diffusé depuis le Slipper Room Cabaret de New York). Le concert est également resté disponible pendant 72 heures après sa diffusion live afin de pouvoir être visionné par une audience mondiale ne pouvant pas toujours regarder de tels événements en temps réel. 

« Même si rien ne vaut un concert live, Behemoth a su créer un spectacle digne d'un film grâce à une performance qu'ils n'auraient pas pu forcément réaliser en direct », a noté Metal Insider dans son compte rendu du concert. La prestation a été qualifiée par Decibel de « révolutionnaire dans le domaine des concerts en livestream ». 

Coup de projecteur sur la musique folklorique indienne 

Si le livestream de Behemoth a été remarqué par son côté grandiose,  l’ambiance de la série de livestream Let’s Folk Together était résolument sobre et intimiste 

Il s'agissait d'une série de concerts numériques organisée par Believe Entertainment en association avec la fondation Anahad, dans le but de collecter des fonds pour aider les artistes folkloriques indiens pendant la pandémie. De nombreux musiciens ont dû rester dans leur village natal, coupés des grandes villes, ne pouvant ni voyager ni se produire sur scène. Le projet Let's Folk Together! consistait à utiliser le livestreaming pour faire connaître leur musique au monde entier. 

La diffusion s'est déroulée du 24 avril à 9 heures jusqu'au coucher du soleil du 3 mai, avec une multitude d'artistes réalisant des sets de 15 minutes depuis leur domicile, le tout diffusé via YouTube. 

« Avant la pandémie, le marché du livestream musical était presque inexistant », explique Warren de Sylva, directeur de la création chez Believe Entertainment en Inde, soulignant une mise en place organisée à la vitesse de l'éclair. L'Inde a été confinée en mars et Let's Folk Together! a eu lieu en avril, soit quatre semaines plus tard, ce qui constitue une entreprise  phénoménale.

« Évidemment, nous n'en étions qu'au début donc c'était assez difficile de coordonner et de diriger les tournages à distance alors que les artistes se filmaient en direct avec les caméras de leurs téléphones et de leurs iPad », explique M. de Sylva à propos des défis techniques à relever. « Il fallait que chaque artiste comprenne clairement le processus et le format du concert. Nous avons développé des vidéos pratiques expliquant le processus d'installation. »

En raison des difficultés de connexion à Internet rencontrées dans les zones rurales d'Inde, chaque artiste participant a reçu des clés 4G.   Certaines performances ont été enregistrées à l'avance et diffusées sur le livestream de YouTube pour éviter tout problème. 

Il était important, selon de Sylva, de mettre en exergue des musiciens qui auraient pu être oubliés pendant cette période particulière. 

« En Inde, la musique folklorique fait partie intégrante de notre patrimoine culturel et, au fil des siècles, elle est devenue un élément constitutif de notre vie, » affirme-t-il.

« Des cérémonies de mariage à la naissance d'un enfant, la musique folklorique est toujours présente, reprenant des histoires anciennes et célébrant des moments importants en chanson. Ce sont des traditions orales transmises d'une génération à l'autre. Aujourd'hui, la musique folklorique mérite d'être reconnue et préservée dans notre société. »

Let's Folk Together! avait deux objectifs principaux : récolter des fonds pour les artistes de la communauté folklorique qui étaient durement touchés par l'impact économique de la pandémie, et célébrer l'importance de la musique folklorique en Inde. 

L'impact et le succès du livestream ont été considérables : il a attiré 15 millions de personnes et a permis de collecter des fonds pour 5 000 artistes folkloriques et leurs familles, à un moment où ils en avaient grandement besoin. Cet événement a démontré que le monde de la musique peut s'unir pour s'entraider en cas de crise. 

Quelle futur pour le livestreaming post-pandémie ? 

La lumière apparaît lentement au bout du tunnel et la musique live pourrait commencer à revenir à une situation plus ou moins normale dans le courant de l'année dans de nombreux pays. 

L'essor du livestreaming est né d'une nécessité profonde d'utiliser la technologie pour que le lien entre le public et les musiciens ne soit pas rompu. Mais pourra-t-il perdurer lorsque les concerts reviendront dans les salles et festivals ? 

De Sylva en est convaincu. « Nous constatons que le livestreaming continue d'évoluer et qu'il peut coexister avec les concerts traditionnels live, » affirme-t-il. « Pour les plateformes de billetterie, il s'agit d'une source de revenus supplémentaire, tout comme pour les artistes. Quant au public, il aura la possibilité de vivre un concert en live ou en livestream. Cela permet aux festivals d'élargir leur audience et d'aider les artistes émergents à diffuser leur musique devant un public plus large. »

Le livestreaming est un moyen pour les musiciens d'entrer en contact avec leurs fans, il représente une toute nouvelle toile créative pour les artistes et a su prouver son importance lorsqu'il s'agit de soutenir les musiciens dans le besoin. Né d'un phénomène de niche pour devenir l'unique façon pour la musique live d'être diffusée pendant le confinement, le secteur du livestreaming a connu un essor incroyable l'année dernière. Il sera fascinant d'observer la manière dont il va évoluer aux côtés de la musique live traditionnelle.