SOUND CULTURES

Rencontre avec les Divas, ces artistes féminines passionnées qui conquièrent le public en Afrique lusophone

Elizabeth Ventura
Photo de couverture par : Elisabeth Ventura
Écrit par : Pablo Borchi
Publié 24 Aoû 2021
6 min de lecture

Ces dernières années, nous avons vu comment les plateformes de streaming numérique ont modifié les marchés de la musique dans le monde entier, en mettant en lumière les habitudes de consommation de groupes démographiques qui, auparavant, n'étaient pas vraiment pris en compte par l'industrie musicale. Ainsi, la voix des émigrants de deuxième et troisième génération aux États-Unis et en Europe a joué un rôle clé dans l'ascension d'artistes issus des scènes Pop Urbano et Afrobeats tels que J. Balvin, Bad Bunny, Wiz Kid ou Tiwa Savage. Une nouvelle génération d'artistes qui, aujourd'hui, n'a plus besoin de chanter en anglais ou de venir de l'un des principaux marchés anglophones pour devenir une superstar mondiale.

Selon le récent document « Local Sounds, Global Cultures » de l’institut MiDIA, à mesure que les plateformes de streaming s'étendent sur les marchés émergents au-delà des « villes pilotes », on s'attend non seulement à voir apparaître davantage de superstars mondiales chantant dans d'autres langues que l'anglais, mais aussi à ce que la présence des artistes internationaux sur les marchés régionaux perde constamment du terrain au profit d'artistes locaux issus des scènes nationales de chaque territoire. Cela signifie que les pop stars locales qui sont devenues célèbres en passant par leurs propres canaux de distribution trouveront probablement un terrain favorable leur permettant de devenir des superstars régionales en profitant de la meilleure connexion avec des audiences à grande échelle que les plateformes de streaming mettent à leur disposition.

Cela semble être le cas pour les pays africains lusophones où Spotify a récemment ouvert des activités . On y trouve une scène dynamique de divas connues depuis longtemps qui conquièrent le public dans toute la région et dans les principaux centres de leurs diasporas en créant un espace musical qui combine l'esthétique sonore du RnB américain, de la Pop Urbano et de l'Afrobeats, ainsi que l'héritage des rythmes lusophones tels que le kizomba, le marrabenta et le zouk. Le tout servi par une sensibilité féminine et romantique incontestable.

Soraia Ramos

« J'ai toujours aimé la langue de mon pays et j'ai toujours pensé que ma voix sonnait mieux dans cette langue, et j'ai décidé ainsi de chanter en créole. J'ai senti que cela éclairait une facette de ma personnalité dont j'ignorais l'existence et apportait de la force à ma musique » - Soraia Ramos

Bien qu'elle ait été élevée au Portugal et en France, Soraria Ramos s'est fait connaître sur la scène cap-verdienne en publiant sur Youtube des reprises de chanteurs tels qu'Anselmo Ralph, Rihanna et C4 Pedro. Après que sa reprise de « Bo Tem Mel Remix » de Nelson Freitas et C4 Pedro soit devenue très populaire, elle a été invitée par C4 Pedro lui-même à se produire sur la scène du Zénith de Paris. Elle est ainsi devenue une star virale du jour au lendemain. Elle est alors devenue l'une des artistes les plus suivies du monde lusophone, connue pour combiner ses grandes qualités de chanteuse et sa connexion avec la musique de son pays natal.

Pérola

« L'interaction et la connexion de notre musique avec les autres pays lusophones se portent bien. Nous pouvons en être fier. Plus de gens connaissent la culture musicale angolaise et notre type de musique, y compris certaines de nos danses. Les gens reconnaissent et aiment notre son. C'est très gratifiant ! » - Pérola

Pérola a fait ses premiers pas dans l’industrie musicale après avoir participé à l'émission Coca-Cola Pop Stars en Afrique du Sud au début des années 2000. Elle est devenue ensuite l'une des célébrités les plus suivies en Angola. Bien qu'elle ait l'habitude d'expérimenter une variété de styles allant des sembas insouciants au kuduro fortement teinté d'électronique, certains de ses hits les plus diffusés sont ceux qui expriment des thèmes romantiques sur un mélange de RnB et de Kizomba. C'est le cas de son dernier single « Nao Custa Nada », une chanson où sa signature romantique continue d'évoluer vers la perfection.

Yola Araujo

« J'essaie d'être meilleure dans ce que je fais, en faisant passer des messages positifs à travers ma musique et de devenir une meilleure personne de jour en jour, pour donner un bon exemple » - Yola Araujo

Yola Araujo est une autre des voix clés de la pop angolaise. Elle a fait ses débuts dans le groupe de musiciennes Melomanias et a également fait partie du célèbre duo Yobass, aux côtés du producteur Bass. Dans son dernier tube « Com Céu », elle abandonne les rythmes trap vs dancehall et l'autotune inspirés de Bad Gyal qu'elle avait utilisés dans son dernier tube « Bate Bola Baixo » pour un RnB ralenti qui sert de base aux mélodies douces et romantiques sortant d'une guitare acoustique.

Ary

« Nous voyons que d'autres pays d'Afrique connaissent mieux l'Angola, notre musique, notre culture culinaire et c'est quelque chose qui nous rend très fiers » - Ary

Ary est une chanteuse angolaise qui a débuté dans l'industrie après avoir été découverte par le producteur de musique Heavy C. Peu de temps après, elle a connu un succès grandissant avec des chansons telles que « Meu Patrão » composée par Anselmo Ralph, et « Teu Grande Amor » par Heavy C. Au cours de ses 14 ans de carrière, Ary est devenue l'une des artistes féminines les plus récompensées en Angola. Elle a notamment reçu le prix du meilleur acte lusophone aux MTV Africa Awards en 2015 et a remporté à deux reprises les prix « Top Dos Mais Queridos » de la Radio Nacional de Angola. Depuis lors, elle continue de figurer au sommet des hit-parades, soit en solo avec des tubes comme « Bida Di Gossi », soit en collaborant avec des vedettes comme C4 Pedro sur « Nossas Coisas ».

Anna Joyce

Anna Joyce possède une voix privilégiée pouvant alterner entre la RnB américaine et la kizomba tout en leur conférant la saveur distincte de la saudade angolaise. Après avoir survécu à un cancer du cerveau en 2011, elle est devenue célèbre avec son premier single « Curticão », également produit par Anselmo Ralph. Depuis, elle a récolté divers prix et nominations, notamment en étant nommée aux MTV Africa Awards en 2020 et 2021. Dernièrement, elle est arrivée au sommet des hit-parades angolais avec « Puro », la bande-son d'une histoire d'amour parfaite.

Elisabeth Ventura 

« Je parle pour ces femmes de ce qu'elles ressentent et ne peuvent pas exprimer, afin qu'elles puissent bénéficier d'un soutien et résoudre leurs problèmes. »  - Elisabeth Ventura

Également originaire d'Angola, Elisabeth Ventura est une diva dont le parcours vers la célébrité est quelque peu différent de celui des autres artistes mentionnés précédemment. Elle vient d'un milieu hip-hop où elle a montré qu'elle était capable de marquer son flow de manière transparente sur les rythmes agressifs et les mélodies froides de la musique trap. Mais nous l'avons vue dernièrement trouver un groove irrésistible en se tournant vers une esthétique kizomba teintée de RnB et de Pop Urbano, tout en conservant son flow lyrique et rythmique unique.

Bruna Tatiana

« Si vous avez du talent, n'abandonnez jamais votre rêve, malgré les nombreux obstacles que vous rencontrerez »  - Bruna Tatiana

Bruna Tatiana est une figure bien connue de la culture pop en Angola. Après avoir commencé sa carrière dans l'industrie musicale en enregistrant pour le groupe de rap SSP, elle a participé à la première génération de Big Brother Africa. Dans son dernier single « Sempre Foste Tu », elle aborde également le thème de l'amour éternel en combinant son utilisation bien connue du son romantique de la guitare avec le rythme contagieux de la kizomba, pour créer une chanson sur laquelle on peut facilement s'imaginer danser à son propre mariage.